Phillipe Pétain 3

Courriers

Violaine Challéat, Vincennes, janvier 2009

 

 

Philippe Pétain 1914 1918 – archives lettres – lettres d’amour

L’acte de mariage – l’album de famille de Villeneuve Loubet
Ses biens sont saisis …
Le fonds est resté inconnu jusqu’ici aux historiens (2009)
Des lettres d’amis et de Français anonymes
Documents relatifs à la carrière militaire
La correspondance suit l’évolution de son image
Plus de 1200 lettres pour 1916 – en mai 16, plus de 250 lettres
S’exprime la ferveur populaire pour cet homme qui incarne la résistance française
Des enfants écrivent aussi
La formule principale est celle d’une admiration pour Pétain, des prières écrites
Une correspondance a été classée à part d’interlocutrices féminines, plusieurs centaines de lettres
La correspondance d’Eugènie Hardon, sa femme, a été écartée
Des infirmières évoquent l’intimité avec lui, des relations amoureuses
Un homme qui a beaucoup de succès auprès des femmes
Pétain peut recevoir plusieurs lettres d’amour au même moment
Les 400 lettres d’Eugènie Hardon
Qui était Pétain ?
Ses amis s’arrachent ses lettres
Pétain était une figure très accessible pour la population
Nous ne savons pas si cette correspondance a été transférée à l’hôtel du Parc
Elle était parfaitement classée
Verdun – courriers
Cartes envoyées de l’étranger
Une lettre lue : aux soldats de Verdun
La correspondance Ménétrel, un brin de muguet envoyé par Annie, un dessin de Bernard
Toute sa correspondance de lettres d’amour, lettres identifiées et non identifiées
Lectures
“mon bien aimé …”

 

 

 

Violaine Challeat

 

 

Pétain petite fille

 

 

Péetain notables

 

 

Pétain Hitler

 

 

 

 

Stéphane Audoin Rouzeau, Paris, juillet 2008

 

 

Stephane Audoin Rouzeau

 

 

Philippe Pétain 1914 1918 – le génie de Pétain, un général visionnaire

Ce qui m’intéresse en tant qu’historien, ce sont les questions de violence
Nos sociétés occidentales, très belliqueuses
On sait les origines paysannes de Pétain et qu’il est jeune pendant la guerre de 1870
Ensuite, un parcours militaire extrêmement classique
1870 est une référence capitale : “ça recommence” – pour les militaires, un traumatisme capital
La formation d’un homme comme Pétain est ancrée dans la crise de la défaite,
une crise d’identité militaire majeure
Pétain profite de l’ascenceur social de la troisième république
Pétain, c’est un homme de bordel, un homme à femmes, il trouve dans le bordel une sorte de liberté
qu’il ne peut pas trouver dans la façade sociale de l’époque, qu’il doit tenir
Pétain a une façade sociale d’impassibilité – il possède une extraordinaire intelligence militaire, il est l’un des deux capitaines de la 1ère guerre mondiale
Il est un des seuls militaires de heur rang français qui comprend ce qui se passe pendant la Première Guerre Mondiale.

“le Pétain de 40 a injecté de la victoire dans la défaite”
Un réalisme sur ce qui se passait – quelqu’un d’affranchi
Ce qui est intéressant chez Pétain, c’est son pessimisme
Pour moi, ce n’est pas un pessimiste, c’est un réaliste
Cela se voit dans l’année 1915, en mai 15 pour l’Artois, en septembre 15 pour la Champagne
Il comprend et et est le seul à comprendre que la guerre de position ne peut pas l’emporter
Ce qui est nouveau dans la guerre de 14, c’est la fin de la bataille, la bataille disparaît
Quand la nuit tombe, la bataille doit être terminée…
Soit on es haché sur la première ligne, soit …

Les textes qu’écrit Pétain après la bataille d’Artois en 1915 sont absolument lucides
A partir de 1917, et du limogeage de Nivelle …
En 17 encore, il est très en avance sur la plupart des officiers de son temps
Le haut commandement n’a jamais compris que Pétain avait compris
Il fait partie des gens qui voient – Foch ne voit rien
Sans Pétain, la France était battue entre mars et juillet 18, c’est important de le dire
Foch ne veut pas voir, Clemenceau ne voit pas du tout
Pétain impose ses solutions très difficilement, ça se voit au moment des mutineries

C’est un homme très réaliste, plus intelligent que les autres
Ce n’est pas la répression qui brise les mutineries, les mutineries s’arrêtent avant la répression
Le mythe du soldat Pétain est créé à Verdun par son énergie et son intelligence, et la quasi totalité de l’armée française est passée par Verdun
Son humanité est instrumentale
Sur son rapport au feu
L’expérience de la guerre Russo Japonaise est parfaitement observée par les militaires des grandes nations du monde, les troupes hachées sur place
La stupeur des militaires sur ces nouvelles formes de combat
… et pour éviter cette catastrophe, ils font exactement l’inverse de ce qu’il faut faire sur un front de 700 km
Pétain a été un éviter de défaite, il évite à l’armée française plusieurs fois la défaite
Trois moments : Verdun en 1916, puis 1917 après l’échec de Nivelle, et ensuite 1918 où deux grands généraux s’affrontent : Ludendorff et Pétain
La directive n° 4, le basculement Allemands du front Est au front Ouest
C’est une révolution conceptuelle stratégique et ça provoque chez ses subordonnés un scandale ; il faudra plusieurs mois pour imposer ses vues
L’armée française est au bord de la rupture parce qu’on a pas suivi Pétain
Il a eu raison contre tout le monde

Pétain est sorti de la guerre très sûr de lui – le tournant c’est Verdun à un moment de panique
Pétain croit aux chars et aux avions ensemble, à la guerre mécanisée, il fait d’importantes commandes
Dès 15, il se rend compte que l’armée française est sous équipée
Le problème de la Ligne Maginot : elle n’est pas à l’arrivée ce qui était prévu au départ
Pétain est quelqu’un de très sec – aucune emphase c’est très rare (“courage on les aura”!)
Pétain voulait continuer la guerre, il souhaitait une énorme rupture du front et entrer en Allemagne
On se dit que cette intuition de Pétain était en fait la meilleure

Il est conscient que l’armée allemande n’a pas subi de défaite définitive et qu’il faut lui faire un “Sedan” pour rebattre les cartes
En même temps, on comprend complètement la décision du pouvoir politique
Mais j’estime que là Pétain va plus loin sur les effets stratégiques e la guerre
Les relations étaient difficiles entre Foch et Pétain
Foch se rendra compte plus tard des effets de l’armistice
Le coeur de la popularité de Pétain s’est marqué dans le monde combattant – appuyé par le rejet de la guerre dans ce même milieu
Le refus viscéral de la guerre en France, c’est les années 30, pas les années 20
Et l’image de Pétain s’est trouvée là en phase
Pétain est un héros idéalisé

A travers la nourriture, la respectabilité – améliorer les repas correspond à une reconnaissance de dignité
Pétain manie la reconnaissance avec talent
Pétain ne parlait pas de politique, on a plus confiance en lui que de Foch sur ce plan là
Un homme de droite parfaitement classique, des idées réactionnaires, la méfiance pour le parlement, la démocratie

Pétain a un regard sévère sur les généraux étrangers – ça se passe très mal
Sur la médecine de guerre. La médecine d’une société parle de tous
En creux, vous vous trouvez au plus près de la violence de guerre
Là on atteint d’une façon beaucoup plus profonde à ce qui se joue dans la guerre
Les services médicaux de l’armée n’ont pas voulu voir ce qui se passe
On est dans un déni du réel, c’est un des mystères de cette période, tous les éléments sont là pour voir, et en même temps on ne veut pas voir ce qu’on voit

Sur les traumatismes de la guerre, l’effort commémorial, les cérémonies, opèrent comme une sorte d’exorcisme de masse, et je crois que cette opération d’exorcisme a échoué, justement parce qu’elle a voulu exorciser. Elle a voulu “terminer” (elle n’a pas assumé la violence)
Il y a eu une sorte d’interdiction du deuil personnel et cela a approfondi le traumatisme
Les années 30 ne peuvent être comprises sans tenir compte de ce traumatisme, et c’est cette société qui porte Pétain en 1940
refaire la guerre est une perspective intolérable pour les français de cette époque

Le cabinet de Jacques Chirac m’a appelé : “est ce que vous pensez qu’Il peut parle de Pétain ?”
Le Pétain de 40 n’est pas celui de 16, 17 ou 18, or on ne peut rien comprendre si on oublie le Pétain des débuts
Pétain est encore plus visible si on le passe sous silence
On voit à quel point aujourd’hui comment le “futur” de Pétain empêche de parler de son “présent”
Le travail des historiens est un travail de redressement impossible
On pourrait dire (qu’en 40) Pétain a dépassé sa ligne de compétence

Le Bâton de Maréchal, qu’est ce que ça représente ? Le sommet d’une vie
Cette ritualisation de la victoire … Le 14 juillet …
Pétain ? pour moi une vieille culotte de peau.

 

 

 

 

Verdun lieu 16

 

 

Pétain képi

 

 

Signature Pétain

 

 

Enveloppe PP

 

 

 

 

 

 

Emilio Gentile, Rome, novembre 2008

 

 

Emilio Gentile

 

Le fascisme a une identité très précise

 

Fascisme et 21 ème siècle
réalités de la nature du fascisme
Sur la mémoire de Mussolini aujourd’hui
La Grande Guerre a été à l’origine du fascisme si nous considérons le fascisme comme une militarisation de la politique même en une guerre permanente

(…)
sur Pétain et les différents dictateurs de son époque en Europe

Sur les dictatures charismatiques

version en italien en traduction complète française simultanée

 

 

 

 

Pétain foule

 

 

Enveloppe PP

 

 

 

 

 

Marc Ferro, Saint Germain en Laye, 16 mars 2009, 13 avril 2009

 

 

 

Marc Ferro

 

Pétain incarne la 1ère guerre mondiale plus que les autres généraux
Il a compris plusieurs choses essentielles pour les hommes de la troupe et le souvenir est resté
Parce qu’il connaissait tous les hommes
C’était sa nature – Il pense aux détails
Il est aussi imbu de sa personne. Il veut manger seul…
“Restez dans votre trou” – “le feu tue”
C’est un home très simple
Il n’a pas lu Mein Kampf, il demande un résumé juste avant Montoire – les hommes politiques en France qui ont lu ce livre, sont rares
Tous les hommes politiques français, à droite comme à gauche, ont dit qu’Hitler ne ferait pas long feu
À l’époque domine une pensée déterministe et on ne s’intéresse pas à Hitler
Mussolini, on le lit parce qu’il était socialiste
Pétain veut être affranchi de la politique
Sur l’Affaire Dreyfus – sa conviction intime mais secrète est que Dreyfus est innocent
C’est un homme qui se méfie et il va toujours se méfier
Sur les Mutineries : il comprend la condition de ces hommes …

Blum : “cet homme est trop républicain pour l’envoyer chez Franco”
Il est le seul général qui n’a pas failli le 6 février 1934
Il méprise le régime de l’époque : avant guerre : Daladier, Blum, Mandel – il les créditera fondamentalement de la défaite, et cela, c’est ancré dans le coeur des Français, ce n’est pas que Pétain, ils partagent ce sentiment
C’est enracine – et alors que le Front Populaire est crédité du désarmement de l’armée, alors que c’est le contraire
Une sorte de para fascisme sans le mot
mais Pétain n’est pas fasciste – sur les idées en cours partout (Europe)
Déat Doriot Blum
Pétain n’a pas d’idée politique ferme – mais il est très psychologue – Il sait manoeuvrer
Il a une grande ambition personnelle, une sorte de vanité, et c’est pour ça que de Gaulle a rompu avec lui
Il n’est pas politique, mais il a des idées politiques

C’est un provincial, un traditionaliste
Il devient plus que fasciste
Il n’a pas toujours une mesure des phénomènes
À cette époque, personne n’imaginait que les Juifs ne reviendraient jamais (…)
Encore une fois, son charisme vient de son comportement pendant la Grande Guerre
Son attention pour les soldats, le tourniquet des combattants … Le souvenir va rester – Il reste un personnage un peu sacré
Dans mon expérience au maquis du Vercors … (points de vue)
Il savait ménager l’opinion pour lui – C’était naturel
Verdun – Pétain jugé trop prudent
Le 11 novembre 1918, Foch apparaît comme le vainqueur et Pétain lui reproche de lui avoir volé la victoire
L’anecdote de Pétain qui a pleuré – et de Gaulle

D’avril à juillet 1940
Avec Paul Reynaud, il se révèle plein de duplicité, mesquin
Les journées de l’Armistice – Weygand Pétain derrière
Weygand a un véritable plan d’extrême droite pour régénérer la France
Pétain “ne veut pas parler à ces gens là” (les parlementaires), il laisse Laval aller au front
Un inconscient fascisant autoritaire …
Au moment où tout se rompt : “tout est foutu”
Il est écrasé – et la plupart des Français le sont – par la puissance Allemande
Je me souviens de l’exode avec ma famille en Bretagne – ma mère, mon oncle – le vertige – tétanisés – on est partis vers le sud et déjà les Allemands étaient devant nous
“Tout le monde nous hait ou nous hue” (les parlementaires) – on hue les ministres de la débâcle
Pétain pense à la Prusse de 1807 – Tilsit – le renversement des alliances – il a toujours des références historiques
Reynaud le nomme Président du Conseil – un gouvernement d’hommes de l’Action Française
Pétain fréquentait à l’époque les milieux de droite
Est ce un homme qui n’est pas antisémite ? – Il a des tas d’amis Juifs
Il est antisémite “à la Maurras” (il y a trop de Juifs)
Un antisémitisme d’État qui le mène à la tragédie
L’antisémitisme “de nature”
L’histoire du “vieillard”
“C’est grâce à moi que des Juifs n’ont pas été déportés”

Le renvoi de Laval à l’hiver 1940 reflète bien le caractère de Pétain
La lettre inédite de Pétain – sa vanité
Juillet aout 1944 : il est désemparé – Il a voulu faire appel au général de Gaulle – Il reste admiratif de de Gaulle
Laval et Herriot en 44 – Chacun (La-val Pétain) croit qu’il a une carte à jouer dans son jeu
Après 45 de Gaulle pense que le vieil homme ne mérite plus autant de haine, il a une certaine commisération vis à vis de lui
Une lucidité extraordinaire à son procès “un maréchal n’a pas à plaider coupable ou innocent”
Il sent les gens, il sent une opinion publique, il sait ce qu’il faut ne pas dire
Restons dans notre trou à Verdun… Et vous Français restez dans votre trou (au débarquement)
Le procès est celui de la 3ème république – Laval au procès Pétain – Pétain à son procès
Plusieurs fois on l’a traité de lâche y compris dans le privé
Sa petite amie Méla
Isorni – la problématique juive n’était pas à l’ordre du jour – c’est lui qui la place
Maurras : “la revanche de Dreyfus” (…)

Le débarquement en Afrique du Nord – Pétain et de Gaulle
L’argument du vieil âge – le problème de l’attention – il n’est pas gâteux
Les dernières années, la captivité – le sentiment des Français – de Gaulle
Méla via Isorni “est-ce qu’elle vous a dit que j’étais un traître ?” – Marie Louise, une jeune femme de bonne famille à qui la famille lui a refusé le mariage avant le 1ère Guerre Mondiale – plusieurs maîtresses – quand le mari de Méla meurt, il a voulu abandonner Annie : “tu me quittes ? Je te flingue” et elle sort un revolver
“Philippe, vous n’êtes qu’un lièvre”
Méla est venue s’installer à Vichy
Eugénie Hardon, elle le tenait, un amour vrai, physique – mais l’amour de sa vie c’était l’autre – il courait beaucoup, il a couru tard
À Vichy, Ménétrel lui arrangeait les choses avec un escalier de service
C’était un mâle, un vrai soldat, ça le valorisait
Les derniers mois – Il se crée des associations – les Français l’oublient

Le départ de Pétain à Sigmaringen – il s’exprime encore à la frontière
“L’épée et le bouclier”, c’est à l’extrême de son parcours
C’est avec le temps qu’on mesure mieux sa responsabilité dans les crimes de “Vichy”
En travaillant, ma position a changé : Laval assumait complètement la Collaboration mais Pétain était beaucoup plus trouble
Sigmaringen, pour les fascistes français, Laval a trahi
Laval et Pétain se parlent pour se dire des méchancetés – Hitler fin 1944
Il était plus lâche que Laval, plus de faiblesses

La montée de la Milice – Pétain avait confiance en Darnand, un contrepoids à Laval – très vite criminelle

Retour sur le jeune de Gaulle – portrait, un caractère
En 1923/24, de Gaulle juge Pétain comme un homme prêt à tout pour avoir des honneurs, il y a rupture
La querelle sur un livre “Le soldat” – Pétain, u homme mesquin
Loustanau Lacau, une grande gueule – la Cagoule
René Gilloin, un protestant de droite, résume Mein Kampf à Pétain avant Montoire – Gilloin et les Juifs
Du Moulin de la Barthète, un témoin intelligent et vif, il montre autant le courage que les faiblesses de Pétain, il est très clair – il le quitte en 1942
Il est celui qui voit le mieux les tendances, de 1940 au retour de Laval – Il observe que Darlan n’est pas trop fiable
La famille Ménétrel, Bernard le médecin antisémite de première classe, c’est lui qui trie les lettres de Pétain, c’est un obsédé
L’influence de Ménétrel – il arrange les petites aventures
Pétain est antisémite même s’il a beaucoup d’amis Juifs
Toutes les dénonciations passent par les mains de Ménétrel

Les rapports avec les Américains – Leahy – Pétain fait tôt pour leur montrer sa sympathie
Roosevelt avent 39, avait une très bonne idée de la France – rôle d’Alexis Leger (pour Rossevelt Leger incarne la France qu’il a aimé)
La défiance envers de Gaulle
Giraud, personnage trahi comique (…) Le retournement de Darlan à Alger, son assassinat
Weygand en Afrique du Nord – Quand je suis arrivé là bas en 1948 comme professeur (…)
Pétain en Algérie, la nostalgie de l’époque

Lectures
Au Québec – La source chrétienne de ce que sont les valeurs françaises : à l’époque le pétainisme “pur” sans les Allemands

 

 

 

 

Marc Ferro

 

 

 

 

 

John F Sweets, New York, mars 2009

 

 

 

John Sweets

 

 

 

(en recherche de fonds pour la traduction complète)

Je pense qu’en 1940 beaucoup de gens ne “réalisaient” pas
Citation de Peschanski sur les Camps d’internement – une des clés : l’internement administratif
Alexandre Varenne a vivement protesté contre cela
Les Communistes étaient le plus souvent dans ces camps, la France était couverte de camps en cette période – le camp de Mons …
“Vichy” a libéré des prisonniers de droit commun pour interner d’autres gens dans ces camps
Si les gens veulent oublier aujourd’hui, c’est aussi parce qu’ils sont persuadés que les camps n’étaient que pour les Juifs
Quand les réfugiés espagnols se sont installés dans ces camps, il n’y avait pas assez de place
Toutes sortes de lieux ont servi, parfois des baraquements militaires
Dans toute la France on a cherché des lieux pour créer des camps (…)
En Auvergne, La Bourboule, St Nectaire …, ces villes ont été utilisées pour envoyer des centaines de Juifs dans des hôtels où il n’y avait plus de touristes
Un système concentrationnaire – difficulté de parle de ces camps de la honte en France

Le Chagrin et la Pitié est un film qui correspond à une époque, il est fait pour désigner les Français tels des Collaborateurs
Ces appréciations bougent avec le temps, les décennies
Quand j’ai commencé ma recherche à Clermont Ferrand dans les années 1980, la France était définitivement considérée comme une nation qui collabore, une nation de Collaborateurs

Sur les points de vues Amérique France dans les années 1940 à 1942
Il a fallu attendre du temps pour que Roosevelt accepte de Gaulle
L’opinion des Américains sur les Français
L’ambassadeur Leahy appréciait Pétain et il envoyait des rapports, Roosevelt mal renseigné
Les proches de Pétain posaient problème
En 1940, les Américains regardent les Européens et ils ne savent comment réagir à cela
Et quand les déportations commencent, dans les journaux ce n’est pas mentionné en première page – la question juive n’a jamais été une question majeure
Une fois en guerre, les Américains s’intéressaient prioritairement au Japon, pas l’Europe

Sur la Milice – C’est Pétain qui était bien concerné, à la tête de l’État – un gouvernement de plus en plus impopulaire
dans ces circonstances, la Milice comprenait parfaitement qu’elle était détestée
Un chef de la Milice en Auvergne lors d’une procession funèbre (…)
C’est l’institution la plus détestée
Sur cette question, Pétain a bénéficié du bénéfice du doute

Sur la responsabilité de Pétain – le problème avec Pétain c’est qu’il aurait pu s’arrêter à plusieurs stades et il ne l’a jamais fait
Il n’a jamais renié la Milice
L’argument du vieil homme – Pétain pensait avoir raison
Je crois qu’il était convaincu de son rôle, il pensait au devoir au sens militaire du terme, de protéger la France

Presque tout ce qu’il a essayé de faire avec la Révolution Nationale est rejeté

Sur les Juifs (…)

Sur la population française et l’antisémitisme (……)

(………)

 

 

 

Forêt sous la neige

 

 

Guerre 1939-1945. Affiches "Une Oeuvre de justice sociale", "La vie nouvelle", boulevard des Italiens. Paris. Photographie d'André Zucca (1897-1973). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Guerre 1939-1945. Affiche pétainiste "La famille est la base de la société". Paris. Photographie d’André Zucca (1897-1973). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Guerre 1939-1945. "Toi qui veux rebâtir la France, donne lui des enfants", "Donner la vie engendre la joie", "La famille, fruit du passé, germe de l'avenir". Photographie d’André Zucca (1897-1973). Bibliothèque historique de la Ville de Paris.

Pétain balcon