Paule Muxel - Bertrand de Solliers

Josée

Paule Muxel est en montage sur le long métrage « Josée Laval » après avoir tourné les scènes complémentaires avec la comédienne Anne Consigny début 2018.

Le projet écrit à partir de juin 2012, réécrit différemment en 2013 / 2014 sous sa forme de documentaire fiction singulière avec la proposition de deux comédiens à l’écran, est après les tournages de 2015 puis 2018 une gageure sur le temps consacré en brande partie par manque de moyens financiers, étant actuellement hors financement en production.

Si le projet, devenu un film entre-temps de 1 52’ (France 3) et 2 x 52’ (chaînes câblées) pour la télévision, prend du temps, c’est une question qui appartient à la fois à sa sensibilité et à la découverte d’archives inédites.
En effet, si les premières archives issues de la Fondation Josée et René de Chambrun ont été mis à jour par Yves Pourcher, professeur d’université, “anthropologue du politique », du temps a encore été consacré une fois l’accès possible à la Fondation même, c’est à dire deux ans après la finalisation d’un premier script.

D’autres archives se présentent aujourd’hui dont celles, inespérées car elles n’ont pas été triées, choisies, censurées, par Josée Laval comme celles qui restent déposées à la Fondation, qui nous arrivent dans une valise qui n’a pas été ouverte apparemment depuis les années 1930, par une autre canal du hasard.
Il est certain que Josée Laval, Josée de Chambrun, n’a laissé à la Fondation que les documents qui lui semblaient possibles à ses yeux.
Ces « nouvelles » archives sont brutes, c’est à dire qu’elles ne sont pas triées, choisies, filtrées, censurées.
Je reviendrais sur cet aspect ultérieurement au réel de leur découverte.